Comment se prémunir contre le vol de deux-roues ?

Comment se prémunir contre le vol de deux-roues ?

Aujourd’hui, on a beau prendre des précautions d’usage, rien n’y fait : le vol de deux-roues est un véritable fléau
En France, selon une étude publiée par le Club I.C.A, un deux-roues est subtilisé toutes les 8 minutes
86% des vols ont lieu en milieu urbain et seuls 44% des véhicules volés sont retrouvés.

Certains dispositifs mis en place peuvent être dissuasifs mais pas suffisants.
Une alarme ? Sauf si un passant se sent l’âme d’un héros et a le courage de demander à la personne qui pousse une moto hurlant dans le vide si elle est bien à elle, ça n’empêchera en rien le vol de votre deux-roues.

C’est un fait : les bons voleurs savent y faire. Et surtout, tout se revend.
Oui, oui, même sans carte grise.
Vous pensez être à l’abris parce que votre bécane n’est pas toute jeune ?
Ne vous leurrez pas, elle se vendra très bien et très vite en pièces détachées.

C’est donc un constat un peu pessimiste, on l’avouera.
Mais ne désespérez pas, il existe bel et bien des solutions pour se prémunir contre le vol. On vous conseille tout simplement d’avoir recours à l’association de plusieurs principes de précaution : garez votre véhicule dans un lieu éclairé et passant avec du mobilier urbain adapté pour que vous puissiez y attacher correctement votre deux-roues ; assurez-vous que votre équipement antivol est de qualité (on vous conseille d’en avoir plusieurs à la fois : un U, une chaîne, un bloque-disque et pourquoi pas en plus de ça une alarme ; histoire de compliquer l’affaire aux potentiels voleurs) et qu’il est bien installé. 
Avoir recours au gravage ou tatouage de son véhicule est également un procédé dissuasif pour les voleurs. Il s’agit de graver les 7 derniers chiffres du numéro de série du véhicule sur divers éléments de celui-ci tels que le cadre, le réservoir, les jantes, le bras oscillant ou encore le carter moteur. Grâce au gravage, le véhicule est ensuite enregistré dans un fichier informatique nommé ARGOS et dont le but est d’aider à identifier et à retrouver les véhicules (ou pièces détachées) volé grâce à leur numéro d’identification.
La gendarmerie, la police, les douanes et même les compagnies d’assurance ont accès à ce fichier.
Pour graver votre moto, il suffit de se rendre chez un concessionnaire agréé par un organisme de marquage.
Enfin, variez également les lieux de stationnement si vous êtes amené à vous garer régulièrement dans le même quartier afin de ne pas créer d’habitude, et qu’elle ne soit pas repérée.

Pour vous guider dans votre choix d’antivols, sachez qu’en France il existe deux homologations principales reconnues par les assurances pour deux-roues : l’homologation SRA et NF. 
Ces deux homologations garantissent la qualité, la résistance et la fiabilité d’un antivol.
La Fédération Française des Motards en Colère approuve et recommande d’ailleurs particulièrement les antivols homologués NF. 

De plus en plus de dispositifs de géolocalisation ou traceurs faisant office d’antivols voient néanmoins le jour pour tenter de pallier ce phénomène plus qu’agaçant.
Seulement, les voleurs se sont adaptés.
Face aux deux-roues potentiellement équipés de tels systèmes, ils ont recours à l’enfouissement. C’est une technique consistant à bloquer le signal du capteur en « enfouissant » le véhicule dans un endroit où il n’y a pas de réception (en sous-sol : garage ou parking sous-terrain par exemple). De cette façon, ils peuvent alors prendre tranquillement le temps de neutraliser les divers antivols et de dépecer le véhicule afin de le revendre en pièces détachées.

Il ne faut pas pour autant céder à la panique : il existe plusieurs types de voleurs, et la probabilité que votre véhicule soit dérobé par un voleur professionnel reste tout de même marginale, surtout si vous ne vivez pas dans une grande métropole. 

Le tout est de choisir un antivol le plus performant possible en termes de précision de localisation et de fréquence d’envoi de positions.
Pour lutter au maximum contre l’enfouissement des véhicules, il est impératif que votre deux-roues soit équipé d’un traceur efficace.
Plus la dernière localisation de votre véhicule avant qu’il ne disparaisse est précise, plus vous vous rapprocherez du point d’entrée de là où un voleur aura décidé de le cacher. Vous aurez alors bien plus de chance de le retrouver.

Au contraire, si le dispositif dispose d’un GPS peu précis et qu’il ne communique des informations sur la position de votre véhicule que toutes les 10 minutes, le risque est qu’il n’envoie en guise de dernière géolocalisation qu’un point approximatif sur une carte qui n’indiquera aucun endroit clairement défini.
Dans ce cas, les recherches pour mettre la main sur votre deux-roues seront bien plus compliquées, voire impossibles.

La fonctionnalité d’antivol de Sekurity est parmi l’une des plus performantes sur le marché.

Le boîtier détecte tout mouvement suspect à l’arrêt et vous alerte par notification à l’instant même où il pressent une tentative de vol (déplacement de la moto sans clé sur le contact, chocs à répétition, vibrations causées par le fractionnement d’un dispositif antivol (chaîne etc) …) pour vous permettre de réagir le plus rapidement possible.
À partir de là, vous pouvez géolocaliser votre véhicule en temps réel au fur et à mesure de ses déplacements pour vous permettre de remettre la main dessus au plus vite.


En résumé, on n’est jamais trop prudent. Il n’y a jamais de zèle en matière de sécurité : mieux vaut être trop vigilant et prévoyant que pas assez.

Notre conseil : munissez-vous de ce qui se fait de mieux sur le marché en matière d’antivols, toutes catégories confondues, afin de vous assurer une longueur d’avance sur le voleur qui verra son opération retardée du fait des complications induites par la multitude de systèmes antivols.

Et si malgré toutes vos précautions vous êtes victime d’un vol de deux-roues, sachez qu’il existe de nombreuses applications après-vol. Elles fonctionnent un peu à la façon d’un réseau social de motards et permettent de signaler la disparition de votre véhicule.
Les membres du réseau peuvent alors vous contacter pour vous communiquer des informations susceptibles de vous aider à retrouver votre deux-roues.

Retour haut de page